Livres, Santé
Leave a comment

Le bourreau intérieur, d’Elaine N. Aron

livre le bourreau interieur

Elaine Aron nomme bourreau intérieur cette « partie de nous qui se développe à partir de la tendance à éviter la défaite ». Cette partie de nous a vécu certains échecs dans l’enfance et en a éprouvé une honte qu’elle considère comme la pire chose au monde.

L’originalité est de lire beaucoup de comportements à la lumière de ce bourreau intérieur : il ne s’agit pas simplement de la petite voix qui nous dit : « Tu n’y arriveras pas ! »

Les 6 masques

L’auteur analyse 6 masques qui servent à se protéger de la défaite.

  1. Relativiser : c’est le renard des fables préférant juger les raisins trop verts plutôt que d’aller jusqu’au bout de son effort pour les cueillir. L’échec est nié et une excuse est toujours toute trouvée.
  2. Reprocher : on jette sur l’autre la responsabilité de notre sentiment de honte tant elle nous effraie. On crie à l’injustice pour montrer aux autres que l’on n’est pas nul.
  3. S’effacer : on refuse toute compétition ou tout challenge, professionnel ou personnel, en prétextant souvent un comportement altruiste. On refuse que les autres nous voient comme un rival.
  4. Chercher la perfection : comme le bourreau intérieur ne se tait que lorsqu’on reçoit des compliments, on chercher à ce que tout soit toujours parfait pour se mettre à l’abri de la honte. Mais ce masque est intenable sur le long terme tant il épuise. C’est un pis-aller à un amour-propre réel.
  5. Fanfaronner : on installe un masque de supériorité pour éviter la honte qui se manifesteraient sinon. Il s’agit de masquer aux autres son sentiment d’infériorité.
  6. Projeter : on est très sensible chez les autres aux aspects qui renvoient en nous un trait dont on a profondément honte et qui nous hantent. Pour éviter de regarder en soi, on le voit à l’œuvre chez tout le monde.

Le rang et le lien

Elain Aron place au cœur de ce livre deux concepts qui sont à l’œuvre dans ces 6 masques : le rang et le lien (ranking et linking, en anglais).

Elle explique que nos relations peuvent se lire à l’aune de ces deux concepts : le rang implique une hiérarchie et donc une comparaison ; le lien met tout le monde sur le même plan et permet de partager avec l’autre.

Notre bourreau intérieur naît toujours de notre besoin de nous évaluer en nous comparant aux autres. Cette attitude nous amène à nous dévaluer.

Aussi, si on veut améliorer nos relations, plutôt que de se focaliser sur les 6 masques, on peut aussi régulièrement se demander : « Ai-je été dans le rang ou dans le lien ? » Cette simple question peut nous permettre de guérir petit à petit notre bourreau intérieur, et passer ainsi « de la comparaison à la compassion ».

Le bourreau intérieur, Elain Aron, éditions Eyrolles, 2012

Votre avis m’intéresse :)